Assa Traoré : sans justice, vous n’aurez pas la paix

Assa Traoré, illustration
Illustration : @mathoulathilde

De Justice pour Adama au soulèvement contre la loi sécurité globale, en passant par Black Lives Matter, Assa Traoré dénonce les violences policières et le racisme d’Etat en France. Portrait d’une citoyenne engagée.

Justice et vérité pour Adama, Zyed, Bouna, Mahamadou, Shaoyao… Et tous les autres

Le 19 juillet 2016, Assa Traoré apprend la mort de son frère suite à son interpellation par des gendarmes à Beaumont-sur-Oise. Très vite, elle coordonne la lutte pour savoir ce qui s’est réellement passé et fonde le collectif “Justice et vérité pour Adama”.

Sa détermination sans faille et sa force se font entendre. Fin 2016, elle est invitée à adresser ses vœux pour 2017 par Mediapart. Elle adresse aux françaises ses vœux de fraternité et invite le peuple à s’indigner : “Si nous tremblons d’indignation à chaque injustice, alors indignons-nous tous ensemble !”. En mai 2017, elle publie Lettre à Adama aux éditions du Seuil, un livre qui retrace son combat, co-écrit par Elsa Vigoureux.

A voir : les voeux d’Assa Traoré pour 2017 sur Mediapart

Déclarations contradictoires des gendarmes, expertises médicales qui se contredisent… La bataille judiciaire pour la vérité est longue et est, à ce jour, loin d’être terminée.

Si on ne s’était pas battu, mon frère serait officiellement mort de causes cardiaques et d’une infection grave.

En 2018, elle explique : “Dans toutes les affaires de violences policières, c’est toujours le même schéma qui se met en place : la victime devient le coupable, et vice-versa. Les expertises innocentent systématiquement les forces de l’ordre. […] Si on ne s’était pas battu, mon frère serait officiellement mort de causes cardiaques et d’une infection grave.”.

Black Lives Matter

USA, Mali, Canada, Kenya… Les comités Adama fleurissent dans le monde et font écho à une réalité douloureuse qui va au-delà de l’affaire Traoré : « Notre combat est universel. Il dénonce la répression policière vécue par les jeunes de couleur dans les quartiers populaires.« .

Ce combat qui fait écho à la mort de George Floyd est, aujourd’hui en France, porté par un visage : celui d’Assa Traoré.

En 2019, elle publie Le combat Adama aux éditions Stock, un essai qui traite du racisme, de l’éducation et surtout du problème des violences policières en France.

En juin 2020, plus de 20 000 personnes répondent à son appel à mobilisation pour demander justice pour Adama et tous les autres. Une mobilisation historique en situation de pandémie mondiale.

En réponse à ces différentes mobilisations, une commission d’enquête parlementaire a été créée en juillet. Chargée de travailler sur “l’état des lieux, la déontologie, les pratiques et les doctrines du maintien de l’ordre”, le président de la Commission (Jean-Michel Fauvergue, député LREM et ancien chef du RAID) refuse pourtant d’entendre des grandes figures de la lutte contre les violences policières. Parmi elles : Assa Traoré, le président de SOS Racisme ou encore l’avocat Arié Alimi, défenseur des Gilets Jaunes et membre de la Ligue des droits de l’Homme.

A lire : Ceux qui critiquent les pratiques policières blacklistés à l’Assemblée nationale, sur StreetPress

Un retentissement à l’international

Le 30 novembre 2020, la créatrice Stella McCartney annonce sa nouvelle collection A to Z : 26 t-shirts engagés, un pour chaque lettre de l’alphabet. Chaque pièce présentera un combat, incarnée par une personnalité publique. Assa Traoré lance la collection avec le A, pour Adama mais aussi pour “Accountable” (“responsable” en français).

Assa Traoré présente la collection "A to Z" de Stella McCartney
Assa Traoré pour la collection “A to Z” de Stella McCartney – Photo : Stella McCartney

Sur Instagram, elle explique : “Pour moi, être responsable signifie garder en mémoire ceux à qui l’injustice a volé la vie, cela signifie rester digne et se tenir debout, coûte que coûte, pour montrer à nos enfants le chemin de la liberté et de l’égalité.” (ndlr : traduit de l’anglais).

#StopLoiSécuritéGlobale

Dans une interview de 2018 pour le Parisien, Assa Traoré prévenait “Nous clamons qu’un pays sans justice est un pays qui appelle à la révolte. Les autorités doivent entendre ceci. Elles mettent en danger notre pays et ses citoyens. Elles divisent notre peuple.”.

Une réalité qui frappe aujourd’hui le pays de plein fouet, avec l’annonce de lois liberticides : la loi pour la sécurité globale et le projet de loi contre le séparatisme. Des projets de loi contre lesquels Assa Traoré se bat.

Si le combat est long et difficile, à l’inverse du gouvernement, il arrive aujourd’hui à rassembler la population. Et, depuis quelques semaines, les mots d’Assa Traoré résonnent dans les rues : sans justice, vous n’aurez pas la paix.

Mathilde

Féministe depuis toujours je m'engage depuis plusieurs années dans des associations comme le Planning Familial ou le collectif des colleureuses de ma ville.
Quand je ne milite pas, j'aime boire des bières en terrasse, lire et rire très fort à mes propres blagues.

Dans la vie je suis cheffe de produit & UX designer. Chez Potiches ? Je suis chargée du développement du média avec Jade, la rédactrice en chef. De temps en temps, j'écris des papiers pour aborder des sujets de société qui me tiennent à cœur ou pour pousser un bon coup de gueule !

Articles populaires

Inscris-toi à la newsletter !

Sur le même sujet...