Terrorisme : deux juges afghanes assassinées à Kaboul

Deux juges, Zakia Herawi et Qadria Yasini, travaillant pour la Cour suprême afghane, ont été tuées par balles à Kaboul dimanche 17 janvier.

Les deux femmes se rendaient sur leur lieu de travail quand « des hommes armés ont attaqué |leur] véhicule », a relaté le porte-parole de l’institution juridique, Ahmad Fahim Qaweem.

« Ce type de campagne d’assassinat vise à tuer le cerveau de l’Afghanistan », a déclaré Habib Khan, le fondateur d’Afghan Peace Watch. « Cela peut créer un vide qui prendra des décennies à combler. »

Des habitants de Kaboul nettoient la route après le double assassinat des juges de la Cour suprême Zakia Herawi et Qadria Yasini
Des habitants de Kaboul nettoient la route après le double assassinat des juges de la Cour suprême Zakia Herawi et Qadria Yasini / Photo : WAKIL KOHSAR – AFP

Hausse des violences

Malgré les négociations de paix débutées en septembre au Qatar entre le gouvernement afghan et les talibans, les actes de violence sont en hausse dans le pays.

L’Afghanistan a été la cible ces dernières semaines d’une série d’assassinats visant des personnalités politiques et médiatiques ainsi que les forces de sécurité.

« Tout en prétendant ne pas tuer de civils, ils redéfinissent fondamentalement les civils en fonction de leurs propres objectifs », explique à NBCnews Patricia Gossman, directrice associée de la division Asie de Human Rights Watch. Selon elle un grand nombre d’attaques, sinon la plupart, sont menées par les talibans.

« Certaines des personnes ciblées ne sont pas connues pour avoir des idées controversées. Ce sont des dirigeants ordinaires et simples de la société civile » déplore Orzala Ashraf Nemat, activiste. Inquiète par la nouvelle vague de violence, elle espère cependant que la pression régionale et internationale persuadera les talibans d’accepter un accord pacifique.

Retrait des troupes américaines

L’attaque de dimanche intervient deux jours après l’annonce par Washington de la réduction des forces américaines en Afghanistan à 2 500 hommes, des effectifs au plus bas depuis les attentats du 11 septembre. 

Une quarantaine de personnes auraient été tuées cette année selon Afghan Peace Watch, dont le vice-gouverneur de Kaboul, le chef d’une station de radio dans la province de Ghor et une militante pour les droits des femmes dans la province de Kapisa.

Au cours des trois derniers mois de 2020, plus de 130 personnes ont été tuées dans le pays.

Mahé Cayuela

Étudiante en journalisme à l’Université du Québec à Montréal, franco-argentine ayant grandi en Turquie je suis passionnée de géopolitique internationale.
Sinon je suis phobique des agrumes, en particulier des citrons.

Articles populaires

Inscris-toi à la newsletter !

Sur le même sujet...