Le Coronavirus, une excuse au racisme anti-asiatique

Appels à “tabasser les chinois”, déferlement de haine en ligne, “blagues” racistes… L’épidémie de Coronavirus démontre que le racisme anti-asiatique est bien réel et loin d’être nouveau en France.

La communauté asiatique se défend contre le racisme antiasiatique avec le hashtag #imnotavirus

Du “péril jaune” à la “minorité modèle”

A la fin du XIXème siècle, la théorie du péril jaune prend de l’ampleur en Europe. Popularisée par Austin de Croze, écrivain français, la théorie du péril jaune est la crainte “que les Japonais fusionnent avec les Chinois, les modernisent, en fassent des « citoyens » et ne deviennent ainsi la première puissance du monde. C’est ce qu’on appelle le Péril jaune dont nous démontrerons la puérilité.”. 

Le péril jaune définit les personnes asiatiques comme étant cruelles et barbares, comme une menace qui plane sur le monde occidental, à une époque où l’empire du Japon remporte la guerre contre l’empire Russe et où les premières vagues d’immigrations chinoises arrivent aux Etats-Unis. 

C’est cette théorie raciste qui sera utilisée pour humilier les populations de Chine et d’Indochine et justifier la colonisation dans les conflits suivants.

A la fin des années 60, une nouvelle théorie fait surface aux Etats-Unis, celle de la “minorité modèle” : c’est-à-dire une minorité éthnique qui a mieux “réussi” que les autres et qui serait, par extension, mieux acceptée. Cette minorité que Nicolas Sarkozy félicite pour son “intégration réussie”, lors d’un discours en 2010.

Les personnes asiatiques seraient discrètes, travailleraient bien à l’école, ne créeraient pas de problème, seraient obéissantes… Si ces stéréotypes semblent “acceptables” pour ceux qui les perpétuent, ils n’en demeurent pas moins racistes.

A lire : la définition du mythe de la minorité modèle par La charge raciale

Loin d’être une valorisation de la communauté asiatique, ce mythe de la minorité modèle sert principalement à la silencer. La France compte aujourd’hui la plus grande communauté asiatique d’Europe (entre 600 000 et un million de personnes). Pourtant, elle est constamment invisibilisée.

L’autre facette du mythe de la minorité modèle est qu’il sert à créer une division entre les personnes racisées. On renforce le sentiment de supériorité des personnes asiatiques par rapport aux autres communautés, favorisant ainsi un clivage entre les minorités et un renforcement du racisme anti-noir, par exemple.

#Jenesuispasunvirus

Chez les humoristes, au restaurant, à la télé… Le racisme anti-asiatique est déjà bien ancré en France. Depuis le début de l’épidémie de Coronavirus, fin 2019, il est impossible de l’ignorer.

En janvier 2020, le Courrier Picard, quotidien régional, titre sa une “Alerte Jaune”. Preuve que la théorie du péril jaune ne nous a jamais vraiment quitté.

Face à une montée de commentaires haineux visant la communauté chinoise et les communautés associées, ces dernières se défendent et dénoncent le racisme sur les réseaux sociaux à l’aide du #Jenesuispasunvirus.

En avril, une tribune est publiée sur Mediapart pour dire “Stop au racisme anti-asiatique” :

“Le racisme anti-asiatique s’abat actuellement sur les personnes qu’on croit provenir d’un continent comme l’Asie, d’un pays comme la Chine, d’une ville comme Wuhan. Le racisme n’est pas acceptable dans notre espace public, dans nos rues, nos transports en commun, sur nos réseaux sociaux.”. 

Signataire de la tribune, l’écrivaine et militante Grace Ly, co-fondatrice du podcast Kiffe ta race, prend la parole dans les médias pour dénoncer la montée du racisme anti-asiatique depuis le début de l’épidémie : “Ce sentiment de racisme dans la société française, moi je le ressens plus depuis la crise du Covid-19”.

A voir : la prise de parole de Grace Ly pour Loopsider

Un sentiment renforcé par les appels à la violence fleurissant sur les réseaux sociaux le 28 octobre, après l’annonce du re-confinement par Emmanuel Macron. Des publications relayées des milliers de fois avant leur suppression. Les associations et collectifs de lutte anti-racistes comme Stop Asiaphobie partagent les voix des personnes asiatiques. En décembre, un article de Slate rapporte de nombreux faits d’agressions et d’injures racistes anti-asiatiques.


Pour aller plus loin :
Le compte instagram Stop Asiaphobie
Le compte instagram de Grace Ly
Le compte instagram de Joohee
Le compte instagram de Mon fils en rose
Le compte instagram La Charge raciale
Le podcast Kiffe ta race

Mathilde

Féministe depuis toujours je m'engage depuis plusieurs années dans des associations comme le Planning Familial ou le collectif des colleureuses de ma ville.
Quand je ne milite pas, j'aime boire des bières en terrasse, lire et rire très fort à mes propres blagues.

Dans la vie je suis cheffe de produit & UX designer. Chez Potiches ? Je suis chargée du développement du média avec Jade, la rédactrice en chef. De temps en temps, j'écris des papiers pour aborder des sujets de société qui me tiennent à cœur ou pour pousser un bon coup de gueule !

Articles populaires

Inscris-toi à la newsletter !

Sur le même sujet...