Malcolm & Marie : le noir et blanc pour questionner la dualité

Toute relation est-elle fondée sur un rapport binaire de domination-soumission ? C’est une des nombreuses questions posées par le réalisateur et scénariste Sam Levinson dans son huis-clos Malcolm & Marie, filmé durant le confinement américain et diffusé le 5 février dernier sur la célèbre plateforme Netflix.

Une route vallonnée plongée dans la nuit est percée par deux faisceaux lumineux de plus en plus proches. Malcolm et Marie rentrent chez eux en voiture, et se garent au pied de leur confortable villa. Ainsi débute le long-métrage sur la nuit la plus importante pour leur couple, qui va happer spectatrice ou spectateur dans le tumulte des émotions, des corps et des mots.

Renforcées par le sublime grain noir et blanc, les questions de dualité se posent tout au long du film, basées sur l’affrontement du couple, pierre angulaire du récit.

Porté par les deux belles prestations de John David Washington dans le rôle de Malcolm et de la flamboyante Zendaya dans le rôle de Marie, Malcolm & Marie se concentre sur un moment déterminant dans l’histoire de nombreux couples : cette nuit de disputes à l’issue de laquelle personne ne ressortira indemne, et qui bouleversera la relation et son avenir. 

Alors qu’il vient enfin d’être célébré et récompensé lors d’une cérémonie, Malcolm, réalisateur ambitieux mais imbu de lui-même, est extatique de plaisir. Il ne prête pas attention à sa compagne, Marie, occupée à lui préparer ses macaronis au fromage. Jusqu’à ce que le couperet tombe : dans son discours, il a remercié tout le monde. Sauf elle. Il a tout simplement oublié d’exprimer sa gratitude à sa partenaire de vie.

La nuit et le long-métrage s’écouleront donc autour de leurs discussions sur leur relation, leurs manières d’être, leur passé, et leurs sentiments.

Si les mots, les émotions et les idées ont une place primordiale dans les discours, les corps sont bien présents à l’image. Les cheveux de Zendaya sèchent, les personnages mangent, vont aux toilettes, se touchent…

Leurs présences s’affrontent et se réconcilient : la toxicité de Malcolm face à la supposée vulnérabilité de Marie, le tout encadré par les murs et les larges vitres de leur villa, seul décor du huis-clos.

Un film qui s’éloigne des clichés romantiques

Au-delà des questions relationnelles c’est aussi toute une réflexion cinématographique et raciale qui se tisse dans cette fiction. Qu’est-ce que le privilège ? Qu’est-ce qui est politique ? À quoi sert le cinéma, ses critiques, et qui le crée et le valide ? 

Accueilli plutôt positivement par la critique, la légitimité d’un réalisateur blanc, Sam Levinson, à écrire un film sur un couple afro-américain a suscité le débat. C’est l’actrice Zendaya, reconnue notamment pour son rôle de Rue dans Euphoria, qui a tenu à remettre les choses au clair : Sam Levinson a co-produit ce film avec ses deux acteurs principaux. Ce qui signifie que Zendaya et son acolyte John David Washington ont été tout autant impliqué.es dans le processus de création du film, et sont reconnu.es au même titre que leur réalisateur par la société de production pour leur travail.
Disponible sur Netflix, Malcolm et Marie se savoure, se regarde et s’écoute avec plaisir et intelligence. Avec ou sans partenaire, chacun et chacune se sentira touchée par ce récit d’amour et de déchirements.

Lara Baranowski

Grande fan de Simone de Beauvoir, Gloria Steinem et Kim Kardashian, j’écris le mieux quand je suis indignée ou concernée.

Bénévole au Planning familial et diplômée en Lettres, j’aime beaucoup lire des ouvrages féministes et regarder des télé-réalités américaines.

J’ai autant la phobie des souris que des tueurs en série.
J’ai fait du quad une fois dans ma vie.

Articles populaires

Inscris-toi à la newsletter !

Sur le même sujet...